Parler pour prévenir le harcèlement

Prévenir le harcèlement chez l’enfant Haut Potentiel

Dans un article précédent, nous avons vu que le fonctionnement cognitif et le vécu des enfants à profil Haut Potentiel pouvaient les rendre vulnérables au harcèlement scolaire. Bonne nouvelle : il est possible de préparer un enfant HPI pour prévenir ce phénomène.

Valider l’identité de l’enfant

Le harcèlement scolaire repose en partie sur l’incapacité de la victime à se défendre face aux moqueries répétées. L’un des conseils que nous donnons régulièrement aux enfants pour ne pas en souffrir est de feindre l’indifférence. Facile à dire mais difficile à faire, même pour un adulte.

Néanmoins, un enfant qui est “bien dans ses baskets”, qui connaît une bonne partie de sa personnalité et qui assume quelques grandes caractéristiques de son fonctionnement trouvera la force de ne pas se sentir blessé par les moqueries. Parce qu’il ne ressentira aucune gêne à être lui face à son harceleur.

Des pistes pour y arriver

Voici quelques pistes pour que l’enfant se sente validé dans son profil :

  • expliquer les caractéristiques et le fonctionnement du Haut Potentiel, parce que chacun est différent et qu’être HPI n’est ni une maladie ni un choix. C’est un fait et rien n’empêche de bien le vivre.
  • sortir de l’étiquette et des idées préconçues qui ont la vie dure. On ne répètera jamais assez que les personnes à Haut Potentiel peuvent certes mener des projets complexes. Mais ce ne sont pas obligatoirement des génies, ils n’ont pas tous de très bonnes notes sans travailler et leur fonctionnement cognitif n’est une supériorité d’aucune sorte. Reproche-t-on à l’oiseau de savoir voler ?
  • admettre l’identité cognitive de son enfant. Dans mes accompagnements de parents, il arrive toujours un moment où je prends la peine de placer une évidence : l’enfant à Haut Potentiel ne pense pas comme la majorité des enfants, il ne mène donc pas une scolarité comme eux (sauf à réclamer de gros efforts d’adaptation pendant toute son enfance) et ses critères de vie sociale ne sont souvent pas conformes aux standards de sa société. 

Admettre la spécificité de sont enfant quand on est parent est un atout majeur pour son équilibre psychique et son développement affectif. Ce regard particulier de ceux qu’il aime lui donnera également une grande partie de l’assurance nécessaire pour désactiver la toxicité du harceleur.

Déconstruire la mécanique du harcèlement

La mécanique du harcèlement repose à la base sur un rejet face à la différence, ce qui explique en partie pourquoi les HPI sont souvent pris pour cibles. Imaginons alors un instant que votre enfant soit pleinement conscient que c’est sa différence qui provoque, souvent inconsciemment, l’animosité du harceleur. C’est celui qui se moque qui a un problème avec ça, n’est-ce pas ? Un enfant qu’on traite d’intello n’est pas responsable des mauvaises notes de celui qui l’insulte. Si votre enfant comprend que la moquerie ne dit rien sur sa personnalité mais dit tout de celle du harceleur, il est probable qu’il n’y donnera finalement pas tant d’importance que ça

L’autre ressort du harcèlement repose sur le refus de dénoncer le harceleur, soit par crainte des représailles soit par crainte de paraître faible. La victime de harcèlement nourrit une mauvaise estime de soi parce qu’elle s’en veut de ne pas savoir comment réagir. Sachez que la dénonciation, qu’elle vienne de la victime ou de son entourage, est le seul et unique moyen d’enrayer le harcèlement avant qu’il ne dégénère. Il faut donc renforcer la confiance de l’enfant dans l’intervention des adultes de l’école.

Vous craignez les représailles ? Ne lui en parlez pas et dialoguez avec ceux qui vont s’occuper de la situation. Parcourez également le dernier paragraphe de cet article. Vous pensez que l’école ne va pas suffisamment prendre le problème de votre enfant au sérieux ? Lisez mes articles sur les moyens d’améliorer la prise en charge du harcèlement et mes conseils pour aider l’école à régler le harcèlement d’un enfant HPI.

Valorisez les relations sociales de qualité

Les enfants ne réagissent pas au harcèlement aussi parce qu’ils ne veulent rien faire pour se couper de leur groupe d’âge. Ils intègrent très souvent que les moqueries font partie du jeu social pour avoir des copains. Cette “popularité” est bien évidemment illusoire. Elle engendre non seulement des événements douloureux mais également des déceptions qui minent les relations sociales en général. 

Expliquer en adulte qu’être intégré dans un groupe, c’est avoir des relations sincères avec des personnes qui se respectent et qui ont des sujets communs. A terme, votre enfant donnera sa confiance et son amitié à ceux qui les méritent. Ainsi, il n’aura aucune difficulté à affronter un adversaire temporaire devant tout le monde puisqu’il se sentira épaulé par son propre groupe d’amis.

Level Expert

Je termine cet article avec mon conseil pour atteindre le niveau “expert” dans la prévention du harcèlement : la médiation. Pour ceux qui lisent mes articles sur le harcèlement, vous connaissez mon point de vue sur la psychologie du harceleur. C’est une personne avec une souffrance intérieure qui martyrise les autres pour la diminuer. La meilleure approche consiste alors à renforcer son empathie. 

Par sa méthode de partage mutuel des ressentis, la médiation est un outil très efficace dans la résolution du harcèlement. Elle ne se substitue pas à la sanction mais elle enclenche le processus de résilience de la victime et du harceleur. Faut-il les mettre dans la même pièce ? Absolument. Faut-il les laisser seuls pour parler ? Absolument pas. Dans tous les cas de harcèlement, il faut pratiquer la médiation avec un tiers formé à cela. 

J’ai pratiqué de plus en plus de médiation durant ma carrière dans l’Education Nationale. Comme tiers médiateur pour commencer puis comme formateur pour la médiation par les pairs. Bien maîtrisée, elle échoue dans de très rares cas. Elle permet aux enfants (et aux adultes) de comprendre les étapes d’une résolution de conflit respectueuse de tous. 

A terme, enseigner les principes de la médiation à votre enfant lui permettra de désamorcer l’évolution d’un conflit personnel en harcèlement. Vingt ans de pratique de la médiation avec des enfants de 7 à 15 ans ont fini de me convaincre qu’il n’y a rien de plus efficace pour apprendre le vivre ensemble quand ça grippe. Et cerise sur le gateau : il n’y a jamais de représailles après une médiation réussie.

Si vous souhaitez commencer à vous informer sur la médiation, je vous conseille de consulter la page suivante et si vous êtes intéressé(e) par la médiation par les pairs, cette page du réseau Canopé est très claire.

<< les enfants HPI sont-ils plus vulnérables au harcèlement ? aider l’école si mon enfant est harcelé >>

 

 

Laissez un commentaire pour engager la discussion.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :