Préparer le déconfinement des enfants HPI

J’ai déjà évoqué le quotidien des enfants HPI pendant le confinement sur ce blog. La capacité d’adaptation et le goût de l’invention des enfants et des adultes doués me semblaient deux avantages majeurs pour apprécier l’obligation de rester à la maison. Il était nécessaire de prendre le temps, pour les enfants, de planifier la journée de manière souple. Il faut maintenant préparer le déconfinement.

Sortie en vue

Le gouvernement a annoncé la sortie du confinement pour le 11 mai et à partir du 18 mai pour les enfants. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, cette fin annoncée de confinement ne rassure pas, loin de là. Il y a les inquiétudes sur la dangerosité du virus en milieu scolaire et les difficultés de garde engendrées par l’obligation de retourner au travail. Le déconfinement des enfants surdoués (avec ou sans TDAH) peut aussi engendrer chez eux des angoisses. Faisons le tour des risques de « décompression » lors de la prochaine sortie de confinement pour s’y préparer.

Réadaptation maximale, oui mais…

Parmi les caractéristiques des enfants surdoués, la capacité d’adaptation est reconnue presque chez tous. Un article du blog reviendra sur cette aptitude ultérieurement. Le retour dans une organisation connue ne posera donc aucune difficulté. Cependant, il me semble nécessaire d’être vigilants par anticipation sur deux points et préparer ce fameux déconfinement.

Se préparer à installer de nouveaux repères et de nouveaux rythmes

Primo, nous savons à présent que, mesures de protection sanitaire et de distanciation physique obligent, l’organisation scolaire sera perturbée. Les protocoles modifient à la fois son rythme quotidien (emplois du temps modifiés) mais également ses modalités (classes à effectifs réduits, pratiques différentes). Scolairement, on ne retrouvera donc pas la situation antérieure. Il faut se préparer à installer de nouveaux repères et de nouveaux rythmes. La question de la cantine est, à ce titre, un sujet dont il faut parler avant, principalement pour les petites classes.

Secondo, l’enfant surdoué a certainement aménagé son emploi du temps, avec ou sans l’aval de ses parents. Les adultes ont pu poser un cadre horaire pour les journées ou les semaines. Mais il a néanmoins dû installer un rythme personnel d’investissement dans ses activités scolaires et de loisirs par lui-même. Parions que le ratio scolarité – temps libre a évidemment penché fortement du côté du divertissement ou de la flânerie. Ce qui a été bénéfique pour sa créativité et son bien-être.

Le retour à un emploi du temps contraint par l’école est donc un retour significatif à une somme de temps libre inférieure à celle du confinement. L’enfant va évidemment s’y adapter. Mais, sans préparation, il peut y avoir des difficultés à se remettre au travail intellectuel du jour au lendemain. A la clef, le risque de périodes de décrochage dans l’attention en classe n’est pas négligeable. Il peut être bénéfique de retrouver un ratio scolarité – temps libre plus équilibré grâce à des supports d’attention (vidéos et jeux pédagogiques en ligne, écoute d’audiobooks, etc.) en préparation de la reprise, aussi légère soit-elle.

Se réhabituer aux interactions

L’autre domaine de vigilance est le retour dans la sphère des interactions sociales. J’ai écrit dans l’article sur les HPI et le confinement que l’isolement physique avec ses pairs fournissait certainement à l’enfant surdoué une possibilité de gérer ses interactions plus finement. Durant six semaines, chacun a pu imprimer à ses échanges sociaux un rythme très personnalisé avec un effet tampon important sur les réactions. L’absence du contact visuel et de la présence physique a apporté un confort dans les relations non négligeable.

Reprendre l’habitude de la présence de nos amis

L’enfant surdoué n’est pas obligatoirement sauvage ou réfractaire aux relations en groupe. Mais le retour dans la sphère publique des copains et des amis demande probablement d’y penser, voire de planifier des regroupements en petit comité pour reprendre l’habitude de la présence de nos amis. Bien entendu, les enfants ont eu leurs parents, leurs frères et sœur, pour ne pas oublier ce qu’est le langage non verbal. Mais je persiste à penser que, pour un enfant surdoué avec une sensibilité importante, il faut se réhabituer progressivement aux réunions sociales.

Le haut potentiel aide à la sortie de confinement

Passer d’une forme d’organisation à l’autre ne posera pas beaucoup de problèmes aux enfants HPI car ils se réadapteront facilement. Ça fait partie de leurs aptitudes fortes. Les enfants TDAH retrouveront également un monde plus ouvert où ils pourront profiter d’une plus grande liberté de mouvement pour leur énergie débordante et leur impulsivité. Mais il ne faut pas prendre cette étape comme anodine, pas plus que le confinement ne l’était. Au risque de manquer d’originalité, je prends encore une fois la peine d’en appeler au dialogue pour anticiper les changements.

Dire comment on imagine la sortie du confinement

Entre parents et enfants, il me paraît bénéfique de dire comment on imagine la sortie du confinement. Expliquer comment chacun envisage d’adapter son quotidien aux nouvelles exigences sanitaires et aux nouvelles contraintes. Etre transparents sur ses craintes et sur ses attentes. Les parents ont la responsabilité de préparer la suite et les enfants ont celle de remplir leur rôle comme apprenti citoyen. Le déconfinement est une nouvelle occasion de le clarifier.

Signature

Laissez un commentaire pour engager la discussion.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :